Dépression hivernale : qu’est-ce que c’est et comment lutter contre ?

Share:

L’hiver approche et avec lui les petits tracas du froid : rhume, rage de dents, asthme… Mais il n’y a pas que la baisse de température qui pose problème. La saison hivernale présente également des conséquences sur le moral, voire même le mental.

Elle peut même être la cause d’une forme de dépression connue sous le nom de « dépression hivernale » ou « blues de l’hiver ». Un mal souvent sous-estimé, mais qui peut être la cause de graves problèmes chez les personnes qui en souffrent. Tous les détails dans notre billet.

Comprendre ce qu’est la dépression hivernale

La dépression hivernale ou blues de l’hiver est un trouble affectif saisonnier lié au manque de lumière naturelle. Comme son nom l’indique, elle survient généralement en hiver, mais parfois aussi en automne. Principalement parce que lors de ces périodes, les jours sont raccourcis, il y a donc moins de soleil.

En effet, l’astre jaune se retrouve souvent caché par de gros nuages gris. La luminosité est donc moins intense pendant ces 2 saisons. A noter que la dépression hivernale se caractérise principalement par un état dépressif et une chute d’humeur chez les personnes concernées. A savoir également qu’on ne peut parler de blues de l’hiver que si elle survient au moins 2 années de suite.

Quels sont les causes et les symptômes ?

Le blues de l’hiver semble avoir un lien avec la baisse de luminosité : cette dernière agit en effet sur les cellules cérébrales. Il est également lié au dérèglement des horloges biologiques internes : comme les jours se raccourcissent en hiver et automne, le rythme veille-sommeil se retrouve effectivement dérégler.  Et comme la lumière du soleil se fait rare, le corps demeure engourdi et somnolent. Justement, parmi les principaux symptômes de la dépression hivernale, on peut citer les suivants :

  • Etat dépressif, stress,
  • Tristesse et irritabilité toute la journée,
  • Fatigue et somnolence chronique,
  • Augmentation de l’appétit, voire boulimie,
  • Prise de poids,
  • Baisse de concentration, de libido,
  • Idées noires, pensées suicidaires…

Qui sont les personnes les plus à risque ?

A priori, le blues de l’hiver peut survenir dès 10 ou 12 ans. Mais se sont surtout les femmes adultes et les personnes âgées qui souffrent de ce mal : entre 70 et 80 % des personnes touchées par la dépression hivernale sont d’ailleurs des femmes. Sinon, les personnes qui ont un parent proche ayant déjà souffert de dépression saisonnière sont également à risque.

De même pour celles qui vivent dans un pays où la lumière du soleil se fait vraiment rare en hiver. Sinon, les individus qui souffrent déjà de dépression classique ou de maladie bipolaire sont également très sensibles au blues l’hiver.

Blues de l’hiver, des conséquences sur la santé et le quotidien

La dépression hivernale n’est pas sans conséquence pour la santé : en plus de causer un état dépressif, elle entraine également une boulimie malsaine chez la personne concernée. Cette dernière a tout le temps envie de manger et s’empiffrer, ce qui donne souvent lieu à importante prise de poids.

Le blues de l’hiver présente également de grands inconvénients sur le quotidien : comme elle altère la concentration, il y a des retombées sur les études et le travail de ceux et celles qui en souffrent. La vie de couple peut également en pâtir puisque la dépression hivernale entraîne également une importante baisse de libido.

Prévention et remède contre la dépression hivernale

Le blues de l’hiver représente un véritable handicap pour les personnes qui en souffrent. Heureusement, il est parfaitement possible de prévenir ce mal !

Faire des petites promenades au grand air, faire du sport à l’extérieur, ouvrir grand ses fenêtres et laisser pénétrer la lumière naturelle dans la maison, manger beaucoup de poisson et fruit de mer… des solutions simples qui, appliquées au quotidien, permettront d’éloigner la dépression hivernale.

Dans le cas où c’est trop tard et que le mal est déjà là, il existe des traitements spécifiques contre le blues de l’hiver : telle que la luminothérapie qui consiste à s’exposer au moins 30 minutes par jour à une lampe spéciale dotée d’une intensité lumineuse particulière. Ou tout simplement, partir en vacance!

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *