Pilosité : des poils pourquoi faire ?

Share:
poils-jambes-femme

A l’exception des paumes de mains et plantes des pieds, le corps ou la surface totale de la peau est recouverte de poils. Certains sont transparents quasiment invisibles, d’autres sont plus visibles et d’autres sont carrément imposants !

Selon la sécrétion d’hormones sexuelles, la répartition des poils et le nombre varient aussi, d’où une différence entre l’homme et la femme. La couleur des poils varie selon la présence et le taux de pigments sécrétés par les mélanocytes.

Quel est le rôle des poils ?

Pour le réchauffement du corps les poils jouent un rôle essentiel, chaque poil à sa base est doté d’un muscle qui, lorsqu’il se contracte, provoque une chaleur qui modifie ainsi la température corporelle, on connaît ce qu’on appelle la chair de poule, c’est ce phénomène qui fait dresser les poils !

Par ailleurs, le follicule pilo-sébacé, une glande sébacée est accolée à chaque poil et c’est elle qui sécrète du sébum qui protège la peau, bien souvent une surproduction de ce sébum engendre la maladie de peau qu’est l’acné. La peau contient également les fameuses glandes sudoripores responsables de la transpiration (sueur).

Les poils ne sont donc pas inutiles, c’est surtout leur abondance sur des zones visibles qui perturbe ainsi l’esthétique d’une personne, et surtout d’une femme !

poils

Quelle est la pilosité normale chez la femme ?

Dès notre naissance nous sommes conditionnés à développer une pilosité, à ce stade, cette capacité est identique chez le garçon et chez la fille. C’est plus tard que les différences arrivent avec la production d’hormones androgènes. Selon l’âge la pilosité varie.

Une fillette est donc porteuse avant sa puberté d’une pilosité de base, cils, sourcils, poils des bras et des jambes et cheveux. Avec le taux d’hormones androgènes et après la puberté, les poils des aisselles et du pubis apparaissent. Cette production d’hormones reste en général plus faible chez les femmes, mais des exceptions existent.
Certaines femmes présentent plus de poils dans certaines zones plus fréquentes chez les hommes, mais cela n’est pas anormal pour autant, (moustache, quelques poils sur les joues…).

La femme dispose souvent au cours de sa vie de variations hormonales, puberté, pilule par exemple, ainsi la présence de poils sur les seins, l’intérieur des cuisses et autour du nombril sont des poils qui n’ont rien d’anormaux.

Il ne faut pas que les poils deviennent une phobie, à certains stades ces poils sont tout à fait normaux, mais pour se rassurer et connaître le niveau de sa pilosité le mieux est de consulter son médecin.

Les cas révélés de pilosité excessive chez la femme

Le premier cas connu d’hyperpilosité chez la femme est l’hypertrichose soit juste une abondance de poils. Le duvet est particulièrement important dans différentes régions déjà assez fournies en poils. Dans ce cas on parle d’excessivité de poils, ainsi le dérèglement hormonal ou une maladie ne sont pas en cause. La prise de médicaments peut bien sûr favoriser cet état, une obésité aussi…

Le second cas le plus connu pour une pilosité excessive est l’hirsutisme.

On parle alors d’hirsutisme lorsque, chez la femme, des poils abondants sont sur des zones généralement destinées aux hommes, visage, dos, poitrine, fesses, intérieur des cuisses.
Les poils sont d’apparence drue et épais, plutôt de couleur foncée. La production d’hormones androgènes en sur-abondance en est donc la principale cause.

Pour mesurer le stade de l’hirsutisme, le médecin requiert un niveau sur une échelle, un score dit de Ferriman et Gallwey. La consultation chez un endocrinologue est conseillée afin justement de mesurer le niveau de l’hirsutisme.

Selon le degré de pilosité, différentes solutions existent ce qui s’avère rassurant ! Pour en savoir plus à ce sujet : http://www.biendansmoncorps.fr/problemes-de-pilosite/

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *