Salmonelle : Lactalis a fait un autre bébé victime en Espagne

scandale lactalis

Le groupe français Lactalis fait parler de lui ces temps-ci en raison de ses produits jugés dangereux pour la santé des tout petits. Mi-janvier, l’entreprise a dû retirer près de 37 références sur le marché espagnol, suite à la contamination à la salmonellose d’un bébé.

Pourtant, ces produits sont uniquement vendus en pharmacie. Il ne s’agit pas du premier retrait, mais plutôt de la suite de celui effectué en décembre où tous les produits issus de l’usine de Craon, en Mayenne, fabriqués au 15 février 2017. Un nourrisson ayant consommé un produit laitier de la marque Lactalis avait en effet été touché par une infection à la salmonelle Agona. Un cas repéré le 12 janvier dernier. On dénombre un total de 550 000 articles en France et 12 millions de boîtes à l’échelle planétaire.

Un deuxième cas annoncé dans le Pays basque espagnol

Hospital Basurto Bilbao
Hopital Basurto Bilbao

Quelques jours après ce drame, un deuxième cas a été diagnostiqué chez un autre bébé au Pays basque espagnol, à l’Hôpital universitaire Basurto à Bilbao. L’enfant a consommé du « lait maternisé élaboré par le groupe français Lactalis » fait savoir le département de la santé du gouvernement régional sur place. Malgré la situation, l’enfant se porte bien et se trouve sous surveillance médicale, car sa salmonelle est sous contrôle.

La bactérie habitait les lieux pendant 12 ans

Lactalis reconnait être responsable dans le fait que les bébés aient été contaminés par la bactérie entre 2015 et 2017. Par ailleurs, la salmonelle Agona était déjà « confinée dans les infrastructures de la tour numéro 1 » de l’usine. Ainsi, elle était présente dans les locaux où l’on fabriquait des produits alimentaires pour bébé, car le bâtiment appartenait auparavant à la société Celia. Pendant douze ans, la bactérie n’a pas quitté les lieux au point de faire deux victimes en cette année 2018. Sans parler de ceux qui ont dû être contaminés sans que cela n’ait été signalé.

lait en poudre et cereales puleva, sanutri, damira

Cela a tout de même réveillé des soupçons auprès des acteurs de la santé. Entre 2006 à 2016, l’institut Pasteur a détecté 25 cas « sporadiques » de salmonelle liés au lait Lactlis. Pour dire que sa présence dans les produits de la société n’a pas échappé au centre médical. Les produits concernés sont essentiellement des laits en poudre et céréales estampillés Damira, Puleva et Sanutri que l’on retrouve exclusivement en pharmacie.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *